Le jugement du Sinistre de l'intérieur.

A la demande de certains qui n'ont pas pu entendre le texte du procès:les-3-a-1.jpg

Le juge : Aujourd’hui, à Périgueux, nous allons juger GUEANT, le sinistre de l’intérieur, pour l’ensemble de son œuvre, et en particulier pour ses positions anti motardes.

Le juge : Qu’as-tu à dire pour ta défense ?

Guéant : Ce n’est pas de ma faute, je voulais faire plaisir à mon maître, Nicolas, c’est lui qui ne vous aime pas.

Le juge : Pourquoi, il ne nous aime pas ?

Guéant : Vous êtes des rebelles, vous n’acceptez rien, vous manifestez, et ça l’énerve.

les-3-b-1.jpgLe juge : Et le contrôle technique, tu y crois ? Tu sais où tu peux te le mettre ?

Les motards : Au c...!

Le juge : Et tes grandes plaques, tu oses dire que c’est pour notre sécurité. Tu sais où tu peux te les mettre ?

Les motards : Au c...!

Le juge : Et le gilet jaune ?

Guéant : Ca je ne l’ai pas dit !

Le juge : Mais tu l’as écrit !

les-3-c-1.jpgGuéant : Oui mais je l’ai retiré, à cause de la FFMC, et j’ai viré Merli.

Les motards : Hou !

Le juge : Parlons  de tes brassards rétro-réfléchissants. Qu’as-tu à dire ?

Guéant : C’est Nicolas qui m’a dit : les motards c’est des couilles molles, et si tu arrives à leur faire porter ça, la prochaine fois on leur fout des clochettes.

Les motards : Hou, hou, hou!

Le juge : Mais tu es fou, tu aggraves ton cas, tu es irrécupérable, que la foule décide de ton sort !

les-3.jpgles-3e.jpgLes motards : A mort !

Le juge : bourreau fait ton travail !

Et là on lui coupe la tête qu’on exhibera à la foule sur une fourche.

motards-verdict.jpgles-42.jpgjuge.jpgla-pique.jpg jeanne.jpg

                                                       Mais un bon petit diable de la FFMC 24 veillait.

Et sur Motomag: http://www.motomag.com/Manif-moto-24-mars-Perigueux-700-motards-jugent-les-mesures-Gueant.html

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau